Le mois de juin annonce les premières récoltes de miel de printemps. Cette année la météo capricieuse, avec de longues périodes froides et pluvieuses n’a pas été favorable aux abeilles. De nombreux apiculteurs se retrouvent face à des colonies vides de réserves, voir doivent les nourrir pour éviter la famine. Cependant quelques secteurs s’en sortent mieux, comme le secteur de La Canourgue en Lozère, où les abeilles ont su tirer parti des quelques périodes de beau temps. Les ruches les plus fortes, et qui n’ont pas essaimées, ont rempli les hausses d’un miel ambré, riche en nectar d’érable (à confirmer avec une analyse pollinique).

La récolte s’effectue lorsque les alvéoles de miel sont operculées. En résumé les abeilles produisent le miel grâce au nectar des fleurs. Ce nectar riche en eau et en sucre est ensuite transformé chimiquement grâce aux enzymes contenues dans la salive de l’abeille (inversion des sucres), et l’excédent d’eau doit être évaporé par ventilation. Quand le pourcentage d’eau est inférieur à 20%, la concentration en sucre permettra une bonne conservation du miel. C’est à ce moment que les abeilles enferment le miel sous un opercule de cire. Ainsi le miel est mis en conserve pour la suite. L’apiculteur n’a plus qu’à attendre que les cadres soient bien operculés, garanti d’une bonne conservation du miel.

La récolte s’effectue lors d’une belle journée, lorsque les butineuses sont au travail, ce qui réduit la population de la ruche. Plusieurs techniques peuvent être employées pour « chasser » les abeilles des cadres de hausse. Par balayage des cadres un par un avec une brosse souple, grâce au « chasse-abeilles » stratagème qui empêche les ouvrières de regagner la hausse après une nuit à réguler la chaleur du couvain, ou alors plus rapide, le souffleur. Cette technique, assez radicale, consiste à utiliser un souffleur thermique ou électrique (le même que celui utilisé pour souffler les feuilles mortes à l’automne). Le flux d’air pulsé permet de vider rapidement la hausse de ses abeilles. La hausse est mise verticalement sur le toit de la ruche refermée, et en quelques secondes les abeilles sont expulsées devant la ruche, qu’elles regagnent ensuite.

Parrainage d'abeilles : activités
Enfumoir apiculteur